Josseline Erner
www.erner.fr
josseline.erner@gmail.com
+33 6 89 99 21 67

Artiste peintre

L’art est regard, l’art est questionnement. Dans notre société de selfie où la confrontation à l'autre se raréfie, société sans regard, sans réflexion, où l’espace intime, le retrait sont difficiles, il semble plus que jamais salutaire de rétablir un espace poétique, une humanité.

Etudes artistique et scientifique menées conjointement
Ecole du Louvre
Pratique du modèle vivant pendant de nombreuses années
Prend un atelier personnel à « La Ruche » (cité d’artistes Paris 15e) pour y peindre

Rencontre déterminante avec Hannah Ben Dov, artiste peintre de la deuxième Ecole de Paris (impressionnisme abstrait).
La relation de compagnonnage avec Hannah Ben Dov fut décisive. D’une profonde relation de maître à disciple et du travail à ses côtés, naquit une complicité artistique indéfectible. Ceci permit enfin de n’être plus que peintre.

Expositions personnelles

Centre Eugène Pitard, Genève, août 2017
Galerie Fert, Yvoire sur Léman, mai-juillet 2017
Galerie Mu, Paris du juin-juillet 2016 (en duo avec Philippe Dubuc, céramiste)
Centre Rachi, Paris, « Paysages », janvier-février 2016
Conservatoire d'Arts Plastiques, Choisy le Roi, mai 2015
Château de Mauvières (Yvelines), octobre 2014
Galerie Fert, Yvoire sur Léman, mai-juin 2014.
Mairie du 4e arrondissement de Paris, novembre 2009, sélectionnée par Christophe Girard

Salons, expositions collectives

Salon de peinture, Lyon, novembre 2018
Salon de La Bellevilloise, septembre 2016, Espace Belleville, mai 2015
Foire Internationale d’Art Actuel en Pouilly Fumé, mai 2014.
Salon du Vésinet, mars-avril 2013, (Prix de Peinture du Salon)
Parc Floral de Vincennes, Cercle des Artistes de Paris, mai 2013, mai 2012
Septième Salon Européen Beffroi de Bruges, juillet 2013.
Galerie la Ralentie « Corps et âmes », septembre 2013
Salon d’Automne de Paris, octobre 2013
Hivernales de Montreuil, novembre 2013, décembre 2012
Puy en Velay, août 2012.
La Fabrique Gallery, Ivry sur Seine, décembre 2012
Grand Palais, salon des Artistes Français, 2013, 2012, 2011, 2009 (Prix Léonie Dusseuil Art en Capital).
Journées Portes Ouvertes des Usines d’Ivry, 2009 à 2012

Textes et articles de journaux

A l’occasion de l’exposition « Paysages » au Centre Rachi, 2016 (30 toiles)
« […] A travers ces œuvres, on assiste au désir opiniâtre de capturer un monde – nature ou ville, toujours mélancolique – qui se dérobe et fuit. Josseline Erner livre son étonnement permanent. Et c’est cette surprise qu’elle peint, avec, tout à la fois, vigueur et charme jusqu’à faire de cette surprise notre propre moyen de redécouvrir le monde. […] »

A l’occasion d’une exposition à la Galerie Fert, 2017, (40 toiles)
« C’est à l’avènement d’une autre histoire, écrite en légères touches plus vives, plus affirmées, que Josseline Erner nous invite à assister avec la nouvelle exposition de ses dernières œuvres. La passion pour le paysage est toujours présente. Si le paysage ne célèbre ni la nature, ni la ville, il persiste à décrire cet entre-deux. Entre banlieue et campagne ; entre maison et ville ou lac ; entre intérieur et extérieur. La fenêtre opère comme médiateur, protégeant et exposant tout à la fois. L’entre-deux c’est aussi celui entre le peintre et le regardeur, tous deux placés devant le même espace capturé qui s’ouvre plus ou moins timidement. L’entre deux c’est celui de l’artiste, partagée, comme nous le sommes, entre l’intériorité et extériorité. Cet entre-deux explique la force et l’intérêt de ces bords de fenêtre, de ces coins de balcons ou de terrasses, parce que c’est de là que se voit, se saisit et s’imagine le monde.
L’histoire s’affirme, donc, parce que s’affirme la lutte avec, et contre, la mélancolie. Latente dans les paysages également définis et indéfinissables, elle s’affiche dans les figures, porteuses du poids de la fonction du modèle, et donc de l’histoire de la peinture elle-même, et porteuses aussi du respect et de l’affection, un peu distants, que leur porte la peintre.
Mais, tel trait noir, telle grande tache rouge, tel frottis jaune disent combien le désir est là, présent, d’aller au plus vrai des vérités et de la peinture – il y a des vérités dans la peinture – et de la vie qui passe entre-deux. Dans les interstices qui vibrent entre les motifs des toiles, entre la peintre et ses modèles, entre l’artiste et ses parents en peinture, Gauguin, Degas, Toulouse-Lautrec… Entre la mélancolie et la joie à venir. »
Laurence Madeline, Conservatrice en Chef des Monuments de France
Responsable du Département Beaux-Arts du Musée d’Art et d’Histoire de Genève

A l’occasion d’une exposition à Genève, 2017
« Subtil, poétique et élégant. Ce sont les premiers mots qui viennent à l’esprit face aux œuvres de Josseline Erner qui a choisi le dessin et la peinture comme mediums privilégiés. […] Entre chaos et harmonie, Josseline Erner recherche l’équilibre au cœur d’une interrelation entre dedans et dehors, caché et visible, opérant finalement la synthèse entre l’intime et son environnement. »
Odile Habel, magazine Elle SUISSE